LE CHANGEMENT.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE CHANGEMENT.

Message par grumpythedwarf le Sam 30 Avr - 12:34

Comme le titre de ma maison le suggère, je commence donc par vous livrer un aphorisme de James Blish qui, j'en suis sûr, vous inspirera des réflexions.

"Le changement est le seul élément permanent de l'existence".

Vos avis sur le sujet, please.Il est d'actualité, dans la forme nouvelle de notre forum.

_________________
"Un cadavre, c'est le résidu-témoin de l'inconscience"
Sri Aurobindo.
avatar
grumpythedwarf

Nombre de messages : 8306
Localisation : Hic et nunc
Humeur : Cyclothymique.
Date d'inscription : 31/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Cerise le Sam 30 Avr - 13:09

grumpythedwarf a écrit:
"Le changement est le seul élément permanent de l'existence".
Il est d'actualité, dans la forme nouvelle de notre forum.

C'est exactement ce que je me suis dis en voyant le titre de ta "maison". Je suis d'accord avec J. Blish, bien sûr. L'immobilisme est-il possible ?
avatar
Cerise

Nombre de messages : 711
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par grumpythedwarf le Sam 30 Avr - 13:55

L'immobilisme, c'est la mort.
Tout grouille de vie, et qui dit vie, dit changement, évolution.
Le progrès n'aurait pas existé sans ce grouillement, qui est lié, je crois, à la curiosité naturelle de l'homme.
Curiosité intellectuelle,certes, mais aussi désir de vie.
Référéez-vous au siècle des lumières.
Diderot, Montesquieu, Voltaire en étaient les archétypes.
Merci d'avoir soulevé la question, Cerise; ainsi que d'avoir eu la curiosité de pénétrer ma "maison".

_________________
"Un cadavre, c'est le résidu-témoin de l'inconscience"
Sri Aurobindo.
avatar
grumpythedwarf

Nombre de messages : 8306
Localisation : Hic et nunc
Humeur : Cyclothymique.
Date d'inscription : 31/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 14:44

L'immobilisme est impossible, sauf chez les sclérosés. Se remettre en question, sans cesse, c'est la clef de toute évolution, dans sa vie de tous les jours, dans son travail, dans ses passions ; être une rivière qui court, jamais un marais qui stagne, encore moins une sentine qui suinte des relents de digestion. Il y a pourtant beaucoup trop d'esprits qui croupissent, et qui s'en flattent par-dessus le marché. Je connais (hélas !) des gens plus jeunes que moi qui sont des vieillards. Quand je les entends, quand je les voix vivre, je me demande par miracle ils ne se sont pas déjà pendus haut et court, tant leur métabolisme est plus proche du granit que de la chair.

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Opaline le Sam 30 Avr - 16:42

J'aime le changement, je redoute l'immobilisme mais j'ai toutefois besoin d'une certaine stabilité pour être dans un bien-être apaisant et rassurant, nécessaire à mon équilibre.

_________________
eurêka !!!
avatar
Opaline

Nombre de messages : 5738
Date d'inscription : 28/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 16:49

Stabilité n'est pas immobilisme, Opa : nous avons tous besoin de jalons pour être en familiarité avec notre quotidien, un peu comme quand on ne réveille la nuit et qu'on sait où se trouve le commutateur de la lampe de chevet. Sans ces repères, nous perdrions vite pied.

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Opaline le Sam 30 Avr - 16:57

Oui et sans ces fameux repères, je serais déstabilisée et plongée en plein désarroi, c'est certain mais ça ne fait pas de moi une femme s'adonnant à l'immobilisme ni à la stagnation intellectuelle, tout au contraire puisque cette stabilité me permet une réflexion existentielle constructive et grâce à elle, j'avance avec confiance et joie de vivre !

_________________
eurêka !!!
avatar
Opaline

Nombre de messages : 5738
Date d'inscription : 28/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Cerise le Sam 30 Avr - 17:02

grumpythedwarf a écrit:
Tout grouille de vie, et qui dit vie, dit changement, évolution.

Il me semble aussi.

Cependant, dans le terme d'impermanence, je vois plutôt l'idée "qu'on ne baigne jamais deux fois dans le même fleuve". Et que sous l'effet de l'espace et surtout du temps, le changement est permanent. Nul ne pouvant y échapper, y compris les "sclérosés", de Glob.


J'aime bien l'idée de la rivière qui court. Après, se remettre en question (sans cesse humm), est-ce réellement un acte volontaire ou une disposition, une capacité procédant d'un esprit confiant (en soi, les autres, en la vie même) ? Je pense aux "sclérosés" (dont nous faisons probablement aussi partie dans certains domaines spécifiques à chacun et en un temps donné) : quels peuvent être les blocages ? La peur de l'inconnu ? Evoluer modifiant, même sensiblement, notre vision du monde. Est-ce plus confortable de s'accrocher à nos certitudes/servitudes ? Je me demande aussi si le refus de se remettre en question n'est pas aussi une incapacité à reconnaître (horreur !) que l'on a pu se tromper. Alors que lorsqu'on parle d'évolution, on ne peut guère parler d'erreurs, mais de cheminement. Bon, d'accord, c'est un peu en vrac.
avatar
Cerise

Nombre de messages : 711
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 17:02

C'est ce qui me fait défaut, la stabilité matérielle. Si seulement je pouvais travailler l'esprit en repos... Mais tous les ans, la même question se pose : de quoi demain sera-t-il fait ? A force, c'est usant...

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 17:05

Ce que tu dis, Cerise, quoique "en vrac", est parfaitement vrai. La peur du changement, c'est bien souvent une forme d'orgueil. L'humilité commence par une sérieuse analyse de ses propres compétences. Après, on est tout étonné de naviguer en meilleures eaux.

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Cerise le Sam 30 Avr - 17:11

Opaline a écrit:.. tout au contraire puisque cette stabilité me permet une réflexion existentielle constructive et grâce à elle, j'avance avec confiance et joie de vivre !

Voilà ! Je vois ça comme cela aussi. Wink
De toute manière, sauf accident, on chemine plutôt lentement. Je ne suis pas pressée perso, alors ça tombe bien. Donner du temps au temps.
avatar
Cerise

Nombre de messages : 711
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Sarugaku nō le Sam 30 Avr - 17:18

Coucou Grumpy! ! ! !
Oui, tu avais cet aphorisme en signature.
J'en ai un (de moi) à peu près pareil:
Être toujours là, c'est de ceci que souffrent morts et vivants.

Et le proverbe chinois adéquat: Il ne faut pas craindre d'avancer lentement mais de s'arrêter.

Le mouvement, l'évolution font parti de la vie, si l'on ne s'inscrit plus dans une volonté de changer, c'est comme si on ne vivait plus.
avatar
Sarugaku nō

Nombre de messages : 1357
Age : 26
Localisation : dans la forêt
Humeur : humeur de thé
Date d'inscription : 08/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Littlewingrunner le Sam 30 Avr - 18:12

Les penseurs baroques avaient aussi coutume de dire : " rien n'est constant que l'inconstance " , ce qui rejoint ta citation initiale Grumpy.

Néanmoins l'idée de l'impermanence n'est pas contradictoire avec celle d'invariabilité de certaines choses... Pensons aux Eleates par exemple, je suis sur que tu as une connaissance approfondie de Parménide Wink
avatar
Littlewingrunner

Nombre de messages : 3140
Age : 24
Localisation : Région parisienne
Humeur : posée et fatiguée
Date d'inscription : 21/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par grumpythedwarf le Sam 30 Avr - 18:27

Je n'ai une connaissance approfondie de rien.
Superficiel et léger.
Plutôt le genre Epicure enfant. clown
Les Eleates étaient des pessimistes de mauvais aloi.

_________________
"Un cadavre, c'est le résidu-témoin de l'inconscience"
Sri Aurobindo.
avatar
grumpythedwarf

Nombre de messages : 8306
Localisation : Hic et nunc
Humeur : Cyclothymique.
Date d'inscription : 31/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 19:29

grumpythedwarf a écrit:
Les Eleates étaient des pessimistes de mauvais aloi.
Ah, je croyais que c'était un nouveau groupe metal, the Eleates Question

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par grumpythedwarf le Sam 30 Avr - 19:54

Globouille a écrit:
grumpythedwarf a écrit:
Les Eleates étaient des pessimistes de mauvais aloi.
Ah, je croyais que c'était un nouveau groupe metal, the Eleates Question

They are, indeed. Razz

_________________
"Un cadavre, c'est le résidu-témoin de l'inconscience"
Sri Aurobindo.
avatar
grumpythedwarf

Nombre de messages : 8306
Localisation : Hic et nunc
Humeur : Cyclothymique.
Date d'inscription : 31/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 20:19

Question de prononciation. C'est comme Justin Bieber : tout le monde prononce Djeusstine ! Nous, ici, nous disons Justaing Bibeur.

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Sarugaku nō le Sam 30 Avr - 20:50

XD
Bibeur salé alors!
avatar
Sarugaku nō

Nombre de messages : 1357
Age : 26
Localisation : dans la forêt
Humeur : humeur de thé
Date d'inscription : 08/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 20:54

Ah, ah, je ne savais pas que Justin était breton Razz

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Globouille le Sam 30 Avr - 20:57

Allez, à demain, les villageois ! Ce soir, c'est la fête. Et il ne pleut plus, tant mieux !
Je vous promets de ne pas abuser de l'Irouléguy.

_________________
Nulla die sine linea
avatar
Globouille

Nombre de messages : 3862
Age : 31
Localisation : Soule Xiberoa
Humeur : Equanime
Date d'inscription : 05/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par javeline le Lun 2 Mai - 2:53

Le changement la seule certitude; sacrée lapalissade!
Qui pense évoluer est sclérosé je pense-)
L'impermanence, la précarité.
L'impossibilité de connaître la vérité sur la vérité.(ça c'est normal non?-)
Que j'évolue et change est la seule certitude, mais je ne vis pour évoluer et changer.
Ca se fait malgré nous, tout à fait, comme dirait tout le monde-)
Tout le temps et malgré nous.Et en même temps on peut ptêtre tout interpréter comme volontaire, désiré, dynamique, voltairien.Sommes-nous nous-même grâce à nous-même.(?), qui sommes nous, est-ce qu'être soi-même ça existe.
L'impermanence, je traduis ça à merveille finalement, je représente.La permanente impermanence, ou la permanence permanente.

_________________
Bob. Evil or Very Mad

javeline

Nombre de messages : 483
Age : 38
Humeur : Toujours bonne universellement
Date d'inscription : 11/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Medea le Lun 2 Mai - 12:41

De toute façon, plus ça change, plus c'est la même chose.
Cool, ta maison, Grumpinet, voici pour la crémaillère :
flower

_________________
L'homme sérieux est dangereux, il est naturel qu'il se fasse tyran
Simone de Beauvoir
Les gens qui ne rient jamais ne sont pas des gens sérieux
Alphonse Allais
avatar
Medea

Nombre de messages : 2535
Humeur : aqueuse
Date d'inscription : 09/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par javeline le Mar 3 Mai - 19:20

Cerise a écrit:
grumpythedwarf a écrit:
Tout grouille de vie, et qui dit vie, dit changement, évolution.

Il me semble aussi.

Cependant, dans le terme d'impermanence, je vois plutôt l'idée "qu'on ne baigne jamais deux fois dans le même fleuve". Et que sous l'effet de l'espace et surtout du temps, le changement est permanent. Nul ne pouvant y échapper, y compris les "sclérosés", de Glob.


J'aime bien l'idée de la rivière qui court. Après, se remettre en question (sans cesse humm), est-ce réellement un acte volontaire ou une disposition, une capacité procédant d'un esprit confiant (en soi, les autres, en la vie même) ? Je pense aux "sclérosés" (dont nous faisons probablement aussi partie dans certains domaines spécifiques à chacun et en un temps donné) : quels peuvent être les blocages ? La peur de l'inconnu ? Evoluer modifiant, même sensiblement, notre vision du monde. Est-ce plus confortable de s'accrocher à nos certitudes/servitudes ? Je me demande aussi si le refus de se remettre en question n'est pas aussi une incapacité à reconnaître (horreur !) que l'on a pu se tromper. Alors que lorsqu'on parle d'évolution, on ne peut guère parler d'erreurs, mais de cheminement. Bon, d'accord, c'est un peu en vrac.


L'immobilisme est-il possible?Cest une question de relavité, les choses en soi n'existent pas, immobilisme, impermanence, activité, si tu vois de l'immobilisme à un moment ça signifie que l'immobilisme existe et tu ne te trompes pas, jamais; moi par ex dans la vie je peux facilement être taxé d'immobilisme, inertie, par des soi-disant super actifs, super pêchus, ceux pour qui il faut que ça saute ou rien du tout, ceux qui font semblant d'aller bien, ou mieux que quiconque, d'assurer, et tout.La chose en soi n'existe pas, alors si t'y penses ça existe, c'est la vérité du moment.
S'en défendre, vouloir démontrer ceci ou cela, qu'on est en vrai super cool, ou super pêchu serait idiot.Sinon l'immobilisme est une idée humaine, tout comme l'impermanence, alors tout existe, oui.On ne peut être que tout à la fois et s'amuser à trancher et vivre des choses précises.
Les sclérosés te jugent sclérosé aussi, c'est la difficulté.Qui a raison?...c'est pour ça qu'on y revient, juger, baser son intelligence sur ça est idiot.
Celui qui ne juge pas entend par-là qu'il ne juge personne(mais réellement!), et que ça(le jugement) ne constitue pas son intelligence(qui serait alors banale, morale, médiocre, très commune) , qui juge se trouve géniale par orgueil(comparaison).
Cheminement, pas évolution?...des erreurs?Mais comparé à quoi, à qui?Se tromper?Qui est le juge, la vérité sur laquelle tu t'es cognée?
Pour pouvoir se tromper(on y revient) il faut vouloir dire la vérité, cheminer vers elle.
Ca me gênerait pas de me tromper par exemplle si il y avait de vrais raisons, de vrais critères, mais je sais qu'il est impossible de se tromper(c'est toujours mentir, presque social, hypocrite, dire qu'on s'est trompé, capituler devant qqch qui veut avoir raison, alors on peut dire oui, oui, je me suis trompé, mais on n'y crois jamais au fond, on sait que ça n'existe pas).
Se tromper est moral.Tout comme la bonne voie, ll mauvaise voie.Bien, pas bien la bonne attitude, la mauvaise.
On chemine vers qqch, c'est sûr, mais quoi?...On avance, on évolue, mais selon nous-même, nous sommes le seul juge, évidemment.
Bref, rien de nouveau sous le soleil.Et c'est normal.



javeline

Nombre de messages : 483
Age : 38
Humeur : Toujours bonne universellement
Date d'inscription : 11/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CHANGEMENT.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum